Saperlipopote déménage !

Désormais, les nouvelles recettes de Saperlipopote seront déposées ICI (cliquez et suivez-moi !)

samedi 26 février 2011

Vivement l'école !

... ou "Chocos sablés maison"

Les vacances battent leur plein pour certains et pendant ce temps là, mes souvenirs prennent le chemin de l'école buissonnière...
Je me rappelle le retour de l'école et le goûter, à la maison mais aussi parfois chez des ami(e)s.
Il y eu, bien sûr, du chocolat, ma préférence allant vers le Lindt au lait qui fondait littéralement sous mais surtout sur la langue. On mettait un carré dans la bouche et on attendait qu'il fonde. Ce qui durait quelques exquises minutes...
Je me souviens qu'il y avait aussi les "croque chocolat express" que l'on avait imaginé avec mon frère : on prenait 2 tranches de pain de mie complet et on cassait des morceaux de chocolat noir que l'on mettait au milieu. Empapilloté dans de l'alu, on mettait ce croque à cuire... dans le grille-pain !! Il fallait une certaine maîtrise du temps pour la cuisson, ni trop, ni trop peu... et que les parents ne soient pas là !
J'avais tout de même un faible pour le salé et le goûter ultime se passait chez la grand-mère de ma copine Stéphanie qui habitait entre l'école et chez moi. On se préparait des tartines de pain de campagne, du gros pain, avec des rillettes maison que faisait sa grand-mère... Et ça, c'était le paradis pour moi !
Je me souviens aussi de tartines de beurre salé maison fait par une grand-mère qui habitait juste à côté de chez nous, je devais avoir 6 ou 7 ans. Il y avait une grande maison avec une grande cours pleine de fleurs, des œillets des poètes entre autres. Elle habitait dans la maison de l'autre côté de la cours. Des tartines de gros pain, vous savez, le pain campagnard. Et les grains de sel qui croquaitent et explosaient en bouche. Incroyables souvenirs...
J'étais déjà naturellement attirée par les produits faits maison et locaux !

Mais la star des goûters à cette époque -oui, je sais, ça fait un peu too much, mais c'était il y a + de 20 ans tout de même ! , c'étaient les "chocos", LE gâteau du goûter ! 
Il y avait 2 camps : les défenseurs des chocos ronds et ceux des chocos carrés -je ne citerai pas de marque mais tout le monde a deviné que c'était la bataille entre un goûter princier et un casse-croûte tout simple. Je n'étais pas super fan mais à choisir je préférais le choco carré, le premier "choco", l'origine du choco. Le prince avec ses collants moulants pouvait aller se rhabiller....
Avec la recette qui suit, je suis devenue addict. Je vous aurais prévenu...

Dites, et vous, c'était quoi votre goûter préf' ?

Chocos sablés maison


Ramage :
140g de farine (type 80)
40g de sucre roue 
ou vergeoise, pas mal aussi
1 pincée de gros sel
ou fleur de sel
60g de beurre froid
1 gros oeuf
ou 2 petits ou 1/2 d'autruche...
1 pointe de vanille
ou 1 trait de vanille liquide

Fourrage :
200g de chocolat noir
du très bon
60 mL de crème fraîche

10 - Mélanger la farine, le sucre, le sel
9- Ajouter l'œuf et pétrir
8 - Ajouter le beurre coupé en petit morceaux et pétrir
7 - Ajouter la vanille et... pétrir
6 - Et un petit tour au frigo pour la rafermir
5 - Faire fondre le chocolat au bain marie
4 - Hors du feu, ajouter la crème et mélanger
3 - étaler la pâte assez fine et découper des cercles
2 - Mettre au four therm 5-6 (170°C) durant 10 minutes -au moins jusqu'à ce qu'il soient légèrement dorés sur les bords
1 - Déposer une cuillère de chocolat sur un sablé et recouvrir avec un autre sablé, façon casse-croûte -dis moi pas que c'est pas vrai ! c'est donc pour ça que ça s'appelait le casse-croûte du goûter ?! Dingue !!
0 - à partir de cet instant, je décline toute responsabilité quand à votre comportement face à ces délicieux chocos maison...


Un peu d'Histoire...

jeudi 10 février 2011

Salon du Développement Durable

Je serai présente sur le Salon du Développement Durable qui a lieu ce week-end à Saint Avertin pour vous proposer 2 Ateliers :

Samedi 12 :
"Autour de l'apéritif"
pour épater vos amis le samedi soir
Dimanche 13 :
"Soupes"
pour vous en faire voir de toutes les couleurs

Les Ateliers auront lieu de 16h à 18h et sont gratuits. Il suffira de vous inscrire sur place.
Pour vous mettre l'eau à la bouche... :
gnocch'apéro au pesto d'épinards, panais cotta, chips développement durable...

Le programme complet est ICI.
Alors, à ce week-end ?

mardi 8 février 2011

Variations hivernales en blanc et vert

... ou "Tatin d'endives au Sainte Maure et caramel balsamique", 
"Lasagnes de chou vert au haddock et cumin" 
et "Tiramisu tourangeau miellé et poivré aux kiwis"
et Bonus !

Depuis 2 ans déjà, je propose en collaboration avec Pauline de Biolinet des Ateliers cuisine au sein de la Maison de l'Environnement de Joué-les-Tours. Cette année les Ateliers que l'on propose ont pour thèmes les couleurs. Après le orange au mois de novembre, le blanc et le vert étaient à l'honneur le 21 janvier dernier. Et voici ce que nous avons cuisiné...

Tatin d'endives au Sainte Maure et son caramel balsamique

L'idée était de remanier le fameux "fromage-salade" sous une autre forme. On retrouve alors la salade et le fromage en tarte, et le vinaigre est utilisé pour faire un caramel balsamique qui accompagne la tatin.



Pour 6 personnes :
10 endives moyennes
30 g de beurre
(vous pouvez remplacer par 1 cuillère à soupe d'huile)
1cuillère à soupe rase de sucre
2 cuillères à soupe de miel liquide
Sainte Maure (fromage de chèvre)
Pâte :
300g de farine type 80
100g de beurre
de l'eau
Caramel balsamique :
200mL de vinaigre balsamique
3 cuillères à soupe de sucre

1 - Commencer par le caramel balsamique : mélanger le vinaigre balsamique et le sucre dans une casserole et faites réduire à feu moyen. Attention : il ne faut pas que le caramel soit dur !
2 - Préparer la pâte en mélangeant la farine et le beurre. Lier avec l'eau. Laisser reposer
3 - Enlever les feuilles abîmées des endives et les couper en 2 dans le sens de la longueur.
4 - Dans une poêle faites caraméliser le sucre et le miel. Ajouter le beurre.
5 - Déposer les endives face plate dans la poêle sur le caramel et laisser cuire (couvrir 5 minutes puis découvrir afin que le jus des endives réduise)
6 - Dans un moule à manquer, déposer le miel sur le fond en répartissant dans tout le plat.
7 - Déposer les endives, toujours face plate au fond, dans le plat.
8 - Recouvrir avec les rondelles de Sainte Maure.
9 - Étaler la pâte et la déposer sur les endives + fromage.
10 - Mettre au four durant 25 à 30 minutes, thermostat 7 (210°C)
11 - Servir accompagnée du caramel balsamique.


Lasagnes de chou vert au haddock et cumin
Ou comment faire manger du chou à tout le monde : enfants, perturbés du tube digestif, détestateurs professionnels des légumes VERTS, adolescents et tous les autres. Testées sur un panel de dégustateurs non acquis à la cause : ils ont tous viré leur cuti et cherchent désormais à adhérer à un club des adorateurs des "trucs verts".
Le cumin  a un double avantage : associé au chou, c'est très bon -enfin, je trouve cela très bon ! - mais il va aussi aider à la digestion -qui peut-être difficile pour certains, je vous passe les détails...Je vous conseille le cumin en graines qui aura plus de goût.
L'association du chou et du haddock fait partie des contrastes terre/mer que j'affectionne particulièrement.



Pour 6 personnes :
1 petit chou (les feuilles les plus vertes)
1 L de lait
50g de beurre
4 cuillères à soupe de farine
400g de haddock
1/2 cuillère à café de graines de cumin

1 - Enlever la partie dure des feuilles de chou (= côte) et les couper en 2 dans la longueur.
2 - Blanchir les feuilles de chou (= plonger les feuilles dans une casserole d'eau bouillante durant environ 3-4 minutes)
3 - Préparer une béchamel épaisse : faire fondre le beurre dans une casserole. En dehors du feu, ajouter la farine et mélanger avec une fouet. Ajouter ensuite le lait progressivement en mélangeant constamment sur feu moyen. Ajouter les graines de cumin. Laisser épaissir, en continuant de mélanger avec le fouet.
4 - Découper le haddock en petits morceaux - je vous épargnerais toute blague foireuse faisant un lien avec Tintin et le Capitaine...
5 - Dans un plat, déposer une couche de feuilles de chou au fond. Recouvrir avec une couche de béchamel puis parsemer la moitié du haddock sur celle-ci -pour ceux qui restent scotchés sur les blagues Tintin + Capitaine, lâchez l'affaire !
6 - Et on recommence pour une deuxième couche. On fini avec une couche de feuilles de chou et un peu de béchamel dessus.
7 - Et le tout va se mettre au chaud dans le four à thermostat 7 (210°C) durant 30 minutes environ.


Tiramisu tourangeau miellé et poivré aux kiwis
Pourquoi tourangeau ? Tout simplement parce que la mascarpone a été remplacée par de la faisselle (vache ou chèvre à votre goût) mélangée à de la crème fraîche. Et sincèrement, je trouve que cette base est meilleure que la crème avec la mascarpone car plus aromatique et avec une petite touche acidulée.
L'idée du poivre : j'ai toujours trouvé que le kiwi était "piquant" sur la langue. Alors j'ai accentué ce côté piquant mais en y ajoutant une pointe aromatique dans la crème : j'ai utilisé de la maniguette, appelé aussi graine du paradis.
La meringue : voici une de mes bêtes noires, peut être parce qu'à la base je ne suis pas fan des meringues que je trouve beaucoup trop sucrées pour mon goût, hypersensible que je suis à cette saveur. Donc, malgré tout, j'essaie, ré-essaie, persévère. Mais le meilleur résultat que j'ai obtenu, ce sont des meringues moelleuses - que j'aime bien, tiens, tiens... - mais jamais des meringues dures. Donc j'avoue que celle utilisée dans la recette vient de chez le boulanger. Oui mais pas n'importe lequel : le plus connu à Tours pour ses meringues gigantissimes, rue Bernard Palissy, une institution turone -nom des habitants de Tours - pour les fans de meringue.
Le miel utilisé ici se devait d'être clair (acacia) pour coller au thème mais vous pouvez utiliser celui que vous voulez, en sachant qu'un miel liquide est plus facile à mélanger. Moi, j'dis ça, j'dis rien... Pour le côté sucré : ajustez à votre goût, nos sensibilités sont différentes.



Pour 12 personnes :
5 oeufs
1 faisselle de 500g
150g de crème fraîche (pot moyen)
2 cuillères à soupe de miel
1 cuillère à soupe de sucre
1 meringue
12 kiwis
1 cuillère à café de maniguette

1- La veille, mettre la faisselle à égoutter pour qu'elle perde le maximum d'eau.
2- Séparer le blanc des jaunes.
3 - Dans un saladier, faites blanchir les jaunes avec le miel et le sucre.
4 - Ajouter la faisselle et la crème fraîche et mélanger énergiquement afin d'obtenir une crème homogène.
5 - Monter les blancs d'œuf en neige - pour cela 2 solutions s'offrent à vous: 1) vous êtes courageu(x)se, musclé(e) et refusez d'utiliser de l'énergie nucléaire pour monter vos, donc vous utilisez un batteur manuel. 2) si rien de tout ça, un batteur nucléaire, euh, électrique, ça marche aussi
6 - Ajouter délicatement les blancs en neige à la préparation faisselle-jaune-crème.
7 - Ajouter la maniguette pilée ou moulue - là il n'y a que 2 solutions manuelles : pilon ou moulin à poivre. Et hop des économies sur le budget musculation.
8 - Eplucher et couper les kiwis en dés. 
9 - Dresser les tiramisu dans des contenants individuels transparents - verres, verrines, coupe à glace, verre à pied, aquarium, ... On commence par une couche de kiwi que l'on recouvre de crème puis d'éclats de meringue. Et on recommence une deuxième fois. Et une troisième s'il y a de quoi et que le contenant est assez haut. Et une quatr... Bref, vous aurez compris.

Contre toute attente, un goût évoquant le citron vert est présent à la dégustation. Étonnement général !

Bonus...

Ayant testé la recette auparavant  la maison, j'avais un reste d'appareil (faisselle + crème + oeufs).
Ô mais dis donc, qu'est-ce que je vais bien pouvoir en faire ?
Et paf, une tarte façon cheese cake qui a fait son petit effet.



Si vous avez des problèmes pour laisser des commentaires, n'hésitez pas à utiliser directement le mail indiqué dans mon profil...